Médiathèque de Saint Savournin

Un été sans les hommes

ete_sans_hommes.jpgIncapable de supporter la liaison que son mari Boris entretient avec une femme plus jeune, Mia, poétesse new-yorkaise, décide de tout quitter pour se réfugier chez sa mère octogénaire dans le Minnesota.
Le dernier roman de Siri Hustvedt est surement ce que j'ai lu de plus beau depuis très longtemps : belle écriture, poésie de la langue, personnages attachants et incarnés, fine analyse psychologique des rapports humains non dénuée d'une certaine ironie. "Ne vous est-il jamais arrivé, lisant un livre, de vous arrêter sans cesse dans votre lecture, non par désintérêt, mais au contraire par afflux d'idées, d'excitations, d'associations ? En un mot, ne vous est-il pas arrivé de lire en levant la tête ?" Cette description d'un mode de lecture a priori peu concentré sur le texte décrit par Roland Barthes est exactement ce qui m'est arrivé à la lecture de ce livre que je vous recommande donc très chaleureusement. 
Véronique

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article