Médiathèque de Saint Savournin

Le massacre des italiens : pour en savoir plus...

Deux ouvrages sont disponibles à la bibliothèque pour en savoir plus sur cet évènement :

  • "Le Massacre des italiens" de Gérard Noiriel, un ouvrage historique :

massacre.jpgLe 17 août 1893, dans les marais salants d'Aigues-Mortes où la récolte du sel rassemblait des centaines de travailleurs français et italiens, s'est déroulé le plus sanglant « pogrom » de l'histoire française contemporaine : des émeutes entre ouvriers ont provoqué la mort d'au moins 8 d'entre eux et fait plus de 50 blessés - tous des Italiens massacrés par des Français. En dépit des preuves accablantes réunies contre eux, les assassins furent tous acquittés. Cet événement a placé la France au ban des nations européennes et l'a conduite à deux doigts d'une guerre avec l'Italie. Finalement, afin de préserver la paix, les deux gouvernements ont préféré enterrer l'affaire.

Spécialiste reconnu de l'immigration et de la question nationale, Gérard Noiriel rouvre ce douloureux dossier et explique pourquoi les mutations politiques et économiques de la fin du XIXe siècle ont rendu un tel massacre possible. Comment les discours officiels sur la fierté d'être français ont-ils incité les laissés-pour-compte de la République à s'acharner contre les étrangers ? Comment le patronat, les militaires, les journalistes, les juges et les politiciens sont-ils parvenus à échapper à leurs propres responsabilités ?

L'affaire d'Aigues-Mortes montre aussi que, lorsque le pouvoir d'État interdit la « repentance », le sentiment de culpabilité des acteurs ou complices d'une tuerie peut se transmettre de génération en génération. En accomplissant avec brio son « devoir d'histoire », Gérard Noiriel donne enfin au massacre des Italiens sa juste place dans notre mémoire collective.

  • et aussi un très bon polar,  "Le Sel de la guerre" de Jérôme Harlay

sel_guerre.jpgCamargue, hiver 1944. Louis Cerdan, un adolescent perturbé, est retrouvé agonisant dans les marais par un vieil homme, André Mourgue, qui l'arrache in extremis à la mort avant de disparaître mystérieusement. Puis c'est le cadavre d'une prostituée que l'on découvre enseveli dans le sel.

En cette période d'Occupation, l'enquête, confiée à l'inspecteur Simian, piétine. Rapidement, on accuse Louis du meurtre de la jeune femme. Son silence obstiné l'enfonce, et pourtant, les zones d'ombre persistent. Pourquoi André Mourgue s'est-il enfui sans se faire connaître ? Qu'est-il venu faire dans cette région hantée par le massacre d'immigrés italiens perpétré un demi- siècle plus tôt ? Dans une brigade empoisonnée par la tutelle de Vichy, personne ne s'embarrasse de ces questions. Excepté Simian, prêt à tout pour prouver l'innocence de Louis. Mais, des salines d'Aigues-Mortes aux bas-fonds de Marseille, les règlements de comptes brouillent les pistes, accentuant les difficultés d'une enquête aux multiples rebondissements.

Bien plus qu'un roman policier, Le Sel de la guerre nous plonge dans le décor irréel et fascinant des salines et l'univers chaotique de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Jérôme Harlay signe ici un brillant premier roman qui ne choisit pas entre littérature et suspense.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article