Médiathèque de Saint Savournin

Facile (Printemps des Poètes)

Désir d'amour - crédit photo @VD

Désir d'amour - crédit photo @VD

Avoue le ciel n’est pas sérieux
Ce matin n’est qu’un jeu sur ta bouche de joie
Le soleil se prend dans sa toile

Nous conduisons l’eau pure et toute perfection
Vers l’été diluvien
Sur une mer qui a la forme et la couleur de ton corps
Ravie de ses tempêtes qui lui font robe neuve
Capricieuse et chaude
Changeante comme moi

Ô mes raisons le loir en a plus de dormir
Que moi d’en découvrir de valables à la vie
A moins d’aimer

En passe de devenir caresses
Tes rires et tes gestes règlent mon allure
Poliraient les pavés
Et je ris avec toi et je te crois toute seule

Tout le temps d’une rue qui n’en finit pas.

Paul Éluard

in Facile, 1935

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article