Médiathèque de Saint Savournin

Eloge des rêves (Printemps des Poètes)

Désir d'autre chose - crédit photo @VD

Désir d'autre chose - crédit photo @VD

En rêve
je peins comme Vermeer de Delft.

Je parle couramment le grec
et pas seulement aux vivants.

Je conduis des voitures
qui consentent à m’obéir.

Je suis douée,
j’écris de grands poèmes.

J’entends des voix
aussi bien que des saints très sérieux.

Vous seriez étonnés
de ma vélocité au piano

Je vole comme il se doit,
c’est-à-dire par moi-même.

Tombant du toit,
je sais tomber mollement dans la verdure.

Je n’ai aucun mal
à respirer sous l’eau.

Je ne me plains pas :
je suis parvenue à découvrir l’Atlantide.

Je me réjouis de savoir
me réveiller toujours avant la mort.

Sitôt la guerre éclatée
je change de côté.

Je suis, mais sans être obligée,
un enfant de mon époque.

Il y a quelques années
j’ai vu deux soleils.

Et, avant-hier, un pingouin.
Parfaitement, comme je vous vois.

Wislawa Szymborska

traduit du polonais par Piotr Kaminski

in Je ne sais quelles gens (Fayard, 1997)

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article