Médiathèque de Saint Savournin

La table de nuit de la bibliothécaire

Trois gouttes de sang de Sadeq Hedayat

 

Chez Sadeq Hedâyat, trois gouttes de sang au fond d’un jardin nourrissent amplement la folie d’un homme, une mission archéologique suit pas à pas la recette de sorcellerie découverte au creux d’un sarcophage, une jeune fille simple se découvre masochiste dans le mariage, et un fidèle perroquet vaudrait presque tous les serments d’amour.

Écrivain, traducteur, Sadeq Hedâyat est né à Téhéran en 1903. Il arrive en France en 1926 pour y poursuivre ses études, et après un retour en Iran, des séjours marquants en Inde et en Ouzbékistan soviétique, il y revient en 1950. Il se donne la mort à Paris en 1951. L’œuvre très originale de cet esprit libre, qui a suivi depuis leurs débuts le travail de Kakfa et de Sartre – il a écrit un essai sur le premier et traduit le second –, est célébrée dès 1953 par André Breton. Hormis son roman La Chouette aveugle (1941), elle est encore mal connue du public français.

 

Cela faisait très longtemps que je n'avais pas lu une langue aussi belle et les dix nouvelles traduites du persan sont autant de miniatures enluminées comme seuls savent les faire les artistes de ce pays. Éblouie !

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article