Médiathèque de Saint Savournin

Club lecture du mercredi 22 juin 2016

Le coup de coeur de Fanfan

 

Afficher l'image d'origineHortense et Queenie de Andrea Levy

Londres, 1948. Queenie Bligh tente de survivre après la disparition de son mari, Bernard, qui servait aux Indes dans la Royal Air Force. Elle prend pour locataires Gilbert Joseph, récemment démobilisé de la RAF, et sa femme Hortense, originaires de la Jamaïque. Cette dernière est choquée par la misère d'après-guerre dans laquelle vivent les Anglais.

Ce roman parle de l'exil des jamaïcains en Angleterre après la deuxième guerre mondiale. Ils pensaient être accueillis comme des rois et sont en fait traités comme des chiens. Un très beau roman.

 

 

Le coup de coeur de Béatrice

 

Afficher l'image d'origineLes carnets noirs de Stephen King

Moris Bellamy assassine le romancier John Rothstein, dont il est un fan inconditionnel, car il a pris sa retraite et ne publie plus les aventures de Jimmy Gold. Il le dépouille de ses économies et de ses carnets de notes. Mais Bill Hodges est un détective perspicace.

Depuis le dernier Club lecture, Béatrice n'a pas eu de vrai coup de coeur. Elle conseille malgré tout le dernier roman de Stephen King, même si elle trouve que ce polar n'a pas le charme de sa veine habituelle fantastique.

 

 

Les coups de coeur de Catherine

 

Afficher l'image d'origineMaudit Allende ! de Olivier Bras

En 1970, la famille de Léo fuit le Chili pour l'Afrique du Sud, en opposition aux idées de Salvador Allende. Alors qu'il a été élevé dans le culte du général Pinochet, son héritage familial se fissure lorsqu'il se rend à Londres et rencontre des exilés de la dictature. Avec sa compagne, une journaliste française, il part enquêter sur la réalité historique auprès des bourreaux et des victimes.

Catherine a vraiment beaucoup aimé cette BD dont le thème l'a ramené aux luttes de ces 20 ans. Le dessin est magnifique et le point de vue adopté par l'auteur surprenant. Malgré tout, elle a trois bémols (qui aime bien châtie bien !) :

- des difficultés de lecture du fait d'allers et retours chronologiques et aussi lorsque qu'on passe à des double pages où il faut d'abord lire de gauche à droite sur les deux pages

- le point de vue différent accouche d'une souris car rien ne sort de particulier par rapport aux autres analyses historiques de cette période

- le récit est trop léger sur Nixon et son rôle dans le coup d'état.

 

Afficher l'image d'origineComédie française : ça a débuté comme ça de Fabrice Luchini

Le comédien décrit son rapport à la scène, la place des livres de Céline et de la lecture dans sa vie personnelle et artistique, le quotidien de son métier, ses rencontres avec des personnalités du monde politique ou de la culture, etc. Les chapitres sont entrecoupés de fragments d'un journal écrit de juin à septembre 2015 dans lequel il se raconte au quotidien. Prix de la Coupole 2016.

Ce qui a intéressé Catherine dans cet ouvrage, ce sont les citations et les explications de textes de certains auteurs comme Céline, Roland Barthes (très drôle)... La lecture est donc un moment de littérature. Luchini écrit comme il parle : lyrique et cabotin, mais il nous met à côté des auteurs.

 

 

Afficher l'image d'origineLes chutes de Joyce Carol Oates

Lors de sa nuit de noces, l'époux d'Ariah Littrell se suicide en se jetant dans les chutes du Niagara. Alors qu'elle attend que l'on retrouve le corps de son mari, son avocat Dirk Burnaby est fasciné par cette femme étrange. Il la demande en mariage un mois après le suicide. Mais un scandale lié à la pollution de la zone des chutes cause leur perte. Prix Femina du roman étranger 2005.

Encore un roman sur la résilience, très fouillé psychologiquement, avec une belle intrigue.

 

 

Afficher l'image d'origineNègre de personne de Roland Brival

Léon-Gontran Damas, jeune poète guyanais engagé dans le mouvement de la Négritude, débarque à New York dans les années 1930. Il rencontre bientôt les membres de la National association for avancement of coloured people, mais aussi les intellectuels noirs de Harlem : Langston Hughes, Billie Holiday, etc. Il ne doute alors combien ce voyage va bouleverser sa vie et ses convictions.

Roland Brival est écrivain, mais aussi peintre et musicien. Son roman est très instructif sur ce milieu de la "Harlem Renaissance" (intellectuels noirs américains).

 

 

Afficher l'image d'originePeindre, pêcher et laisser mourir de Peter Heller

La vie de Jim Stegner, peintre, pêcheur et philosophe, dérape le jour où il décide de sauver une petite jument maltraitée. Il se retrouve au coeur d'une course-poursuite sans fin, devenu la proie de personnes ne plaisantant pas avec la vengeance.

Un vrai roman américain avec paysages grandioses de canyons où pêcher, chevaux maltraités, vrais gros méchants, poursuites de voitures et le beau personnage de Jim qui cherche un sens à ce qui lui arrive, mais aussi à son art.

Recommandé aussi par Véronique et Katia

 

 

PristinaPristina de Toine Heijmans

Albert Drilling reçoit du gouvernement l'ordre d'une mission concernant la reconduite des demandeurs d'asile dans leur pays d'origine. Il est envoyé sur une île au nord de la Hollande pour retrouver une migrante, nommée Irin Past. Soucieux de la reconduire dans de bonnes conditions, il se rend en Egypte, pays d'où elle dit provenir. Mais la jeune femme vient en réalité du Kosovo.

Le Club lecture avait déjà parlé du précédent roman de Toine Heijmans, En mer. L'auteur nous parle ici d'une actualité brûlante avec de très beaux passages entre Albert et Irin. Cette femme est complètement intégrée dans l'île où elle a trouvé refuge, mais lui la renvoie à une identité qui n'est pas la sienne. Elle bénéficiera même du soutien des autochtones.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article