Médiathèque de Saint Savournin

Club lecture du mercredi 15 janvier 2014

Le coup de coeur de Linden

 

Ma famille et autres animaux de Gerald Durrell

La famille Durrell ne supportant plus le morne climat anglais, décide d'aller s'installer sur l'île de Corfou. Pour Gerry, âgé de 10 ans, commence une période de fantaisie et de liberté consacrée à l'observation des animaux. Une fabuleuse ménagerie défile alors chez la famille Durrell et provoque de nombreuses catastrophes.

D'abord publié en français sous le titre "Fééries dans l'île", ces souvenirs sont ceux d'une famille complètement bohème et extravagante (la mère et ses quatre enfants). Gerald Durrell est un naturaliste qui est notamment connu pour avoir créé le zoo de Jersey, mais il a aussi pour frère aîné Lawrence Durrell, écrivain (Le quatuor d'Alexandrie, Citrons acides...). Gerald raconte leur vie avec beaucoup d'humour et de tendresse et cette enfance a des airs de paradis perdu.

 

Les coups de coeur de Véronique

 

Le Chien qui louche de Etienne Davodeau

Fabien, surveillant au Louvre, aime son métier. Depuis plusieurs semaines, il aime aussi Mathilde, qui décide de le présenter à sa famille. Un chien qui louche, une histoire d'amour chahutée, une mystérieuse République du Louvre composent cet album.

Etienne Davodeau nous propose de nouveau une histoire qui nous permet d'en savoir plus sur un lieu et sur un métier. Ses personnages sont atypiques et attachants. Les relations du héros avec la famille de sa copine sont franchement drôles et tout ceux qui ont un peintre du dimanche dans leur famille retrouveront quelques dialogues gênés sur l'évaluation d'une oeuvre... Des goûts et des couleurs... En tout cas, un nouveau titre à dévorer !

 

Le Secret d'Edwin Strafford de Robert Goddard

Martin Radford, jeune historien londonien, arrive sur l'île de Madère. Il y rencontre Leo Sellick, qui habite une villa naguère propriété du mystérieux Edwin Strafford, mort en 1951. Ce dernier a été, en 1908, ministre de l'Intérieur du cabinet Asquith aux côtés de Lloyd George et de Churchill, avant de quitter mystérieusement la vie politique en 1910...

Edité chez un des grands du polar, Les éditions Sonatine", ce polar est dans la lignée des grands classiques. J'avais déjà beaucoup aimé "Par un matin d'automne" et j'ai retrouvé ici la même atmosphère sépia avec une construction antéchronologique. L'occasion aussi d'en savoir un peu plus sur la politique intérieure anglaise en 1910 et de découvrir le mouvement des sufragettes.

 

Les mille automnes de Jacob de Zoet de David Mitchell

Japon, 1799. Dejima, près de Nagasaki, est l'un des ports d'attache de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Jacob de Zoet, un jeune clerc ambitieux qui y est envoyé pour redresser les finances troubles de la Compagnie, est vite désemparé devant la corruption ambiante et l'étrangeté des moeurs. Il croit trouver refuge auprès d'Orito, une Japonaise au visage partiellement brûlé. Mais Orito est enlevée puis emprisonnée dans le mystérieux temple Shiranui, où l'abbé Enomoto garde captives douze femmes dont il a fait ses esclaves. Uzaemon, l'interprète de Jacob, lui aussi épris d'Orito, partira à la recherche de la jeune femme avec une bande de samouraïs. Navigateur solitaire, Jacob de Zoet sera pris au coeur d'un océan houleux où les humains ne sont, en surface, que des pièces sur un jeu de go.

Alchimiste des genres, prodige des lettres anglaises salué pour son inventivité par la critique et les lecteurs, David Mitchell nous offre, dans une prose résolument moderne, une audacieuse réinvention du roman d'aventures ponctué d'intrigues passionnelles et politiques. Une expérience littéraire sans égale qui vous emportera loin, et pour longtemps.

 

Les coups de coeur de Catherine

 

Le livre de Jonas de Stephen Dau

Jonas est un jeune orphelin dont la famille a été tuée pendant une opération militaire américaine dans un pays musulman qui ressemble à l'Afghanistan. Il gagne les Etats-Unis où, hanté par ses souvenirs, notamment celui d'un soldat américain qui lui a sauvé la vie, il sombre dans l'alcool. Il rencontre la mère de ce dernier qui veut faire la lumière sur la disparition de son fils. Premier roman.

Un roman elliptique qui mélange différents styles : journal intime et récit. La construction est complexe, mais la lecture n'est pas difficile. Très bien fait pour un premier roman.

 

Annabel de Kathleen Winter

En 1968, dans un village reculé de la région du Labrador, au Canada, un enfant voit le jour. Ni tout à fait homme, ni tout à fait femme, il va faire l'objet de la décision de ses parents : subir une opération et être élevé comme un garçon. En grandissant, son autre moi, une fille à laquelle il pense sous le nom d'Annabel, ne disparaît jamais. Un récit sur l'ambiguïté sexuelle. Premier roman.

Devoir affronter l'ambiguïté de son identité sexuelle au sein d'un village de trappeurs du Grand Nord n'est pas une mince affaire. Mais le roman est d'une grande sensibilité et décrit aussi bien les parents qui essayent de faire face, même avec maladresse comme le beau personnage du père, et la psychologie de l'enfant, de l'adolescent puis de l'adulte. Emouvant.

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article